Le traitement de la carence en fer

Si une personne médicale qualifiée constate que vous souffrez d’une carence en fer, elle choisira le traitement idéal en accord avec vous.

Adaptation du régime alimentaire

On peut corriger une légère carence en fer en modifiant ou en adaptant le régime alimentaire, notamment en l’absence de troubles de l’assimilation du fer au niveau du tube digestif et de toute maladie chronique. Mais souvent, la carence en fer n’est détectée que tardivement et sa correction peut prendre du temps. Dans certains cas de forte carence ou de problèmes de malabsorption, un changement du régime alimentaire peut ne pas suffire à reconstituer les réserves.

Traitement oral

Après l’établissement du diagnostic de la carence en fer, si aucune raison valable ne s’y oppose, la première approche thérapeutique consiste en un traitement par comprimés, gélules ou sirop à base de fer, c’est-à-dire en un traitement par fer oral. Ces préparations permettent de couvrir le besoin accru en fer et peuvent nécessiter un peu de patience pour reconstituer les réserves de fer épuisées.

Traitement intraveineux

L’administration de préparations à base de fer directement dans les veines est également une manière de reconstituer les réserves de fer épuisées lorsqu’une thérapie orale ne fonctionne pas ou n’est pas possible. Une personne médicale qualifiée peut décider si une administration intraveineuse est appropriée pour un cas précis.

À quoi faire attention lors du traitement ?

Il ne s’agit pas seulement de définir la dose optimale de fer, mais aussi de clarifier les causes de la carence en fer. Il peut exister une affection primaire qui doit impérativement être traitée en parallèle.

Il est possible qu’un contrôle doive être effectué après le traitement pour évaluer l’efficacité de celui-ci. Sur cette base, une personne médicale qualifiée décidera d’éventuelles mesures thérapeutiques supplémentaires. Dans de nombreux cas (en l’absence d’une affection primaire chronique), un cycle de traitement suffit pour ne plus avoir à s’inquiéter de son taux de fer pendant une longue période.